Mary Ellen Turpel-Lafond reçoit le Prix Ellen Meiksins Wood 2021

L’Institut Broadbent est heureux d’annoncer qu’il décerne cette année le Prix Ellen Meiksins Wood à une avocate, juge et défenderesse des droits des enfants et des jeunes, Mary Ellen Turpel-Lafond, Aki-Kwe.

Les décennies qu’a consacrées Mary Ellen Turpel-Lafond à la défense des enfants et des jeunes et ses multiples contributions décisives en tant qu’avocate et juge vouée à la promotion des droits des Autochtones font d’elle une récipiendaire par excellence du Prix Wood.

Mary Ellen Turpel-Lafond, Aki-Kwe, est reconnue à l’échelle internationale pour son travail en tant que première représentante des enfants et des jeunes en Colombie-Britannique. Pendant la décennie où elle a assumé ce rôle, elle a travaillé auprès des collectivités autochtones afin de remédier aux terribles séquelles des pensionnats en réformant la protection de l’enfance, en œuvrant à la revitalisation des langues autochtones et en innovant résolument en matière de droit pénal.

Elle avait auparavant pendant 20 ans été juge à la Cour provinciale de la Saskatchewan. Elle continue d’éclairer et d’informer de sa vaste expérience en matière de droit autochtone son travail actuel en tant qu’avocate toujours en exercice, professeure de droit à la Faculté de droit Peter Allard et toute première directrice du Centre d’histoire et de dialogue sur les pensionnats de l’Université de la Colombie-Britannique.

Mary Ellen Turpel-Lafond est titulaire d’un doctorat en droit de la Faculté de droit de l’Université Harvard, d’une maîtrise en droit international de l’Université Cambridge et d’un diplôme en droit Juris Doctor de la Facuté de droit Osgoode de l’Université York. Elle est membre du Barreau autochtone ainsi que des Ordres professionnels de juristes de la Colombie-Britannique, de la Nouvelle-Écosse et de la Saskatchewan. Neuf universités et facultés de droit canadiennes lui ont décerné des diplômes honorifiques et elle a publié plus de cinquante ouvrages et rapports.

Mary Ellen Turpel-Lafond précise que : « C’est un honneur de recevoir ce prix de l’Institut Broadbent à la mémoire de Ellen Meiksins Wood. Ellen croyait fermement que la société pouvait inaugurer des changements sociaux. Dans mon travail au centre, en particulier le travail réalisé en partenariat avec les peuples et les collectivités autochtones, veiller à ce que les voix et la participation des femmes et des enfants soient appuyées et entendues est un aspect sur lequel Ellen aurait insisté. Et ce prix, que je reçois comme une invitation à l’humilité, me lie à une femme que j’admire ».

Le président et fondateur de l’Institut, Ed Broadbent souligne pour sa part que : « La contribution remarquable de Mary Ellen au Canada en tant que juge, universitaire et militante, notamment dans la défense et la promotion des droits des enfants et des peuples autochtones a permis à de nombreuses personnes - qui autrement auraient beaucoup souffert - de vivre dans la dignité. Son travail actuel en tant que toute première directrice universitaire du Centre d’histoire et de dialogue sur les pensionnats à l’Université de la Colombie-Britannique ainsi que dans la mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones en Colombie-Britannique sont des preuves de plus de son leadership exemplaire. L’Institut est fier de décerner ce prix à Mary Ellen ».

Mary Ellen Turpel-Lafond prononcera la Conférence annuelle Ellen Meiksins Wood à l’automne 2021.

À propos du Prix Ellen Meiksins Wood
Décerné chaque année par le conseil d’administration de l’Institut Broadbent, le Prix Wood reconnaît les contributions remarquables d’un.e universitaire, militant.e syndical.e ou écrivain.e. Ce prix commémore et honore le legs de Ellen Wood, faisant connaître et bénéficier son travail aux générations montantes de Canadien.ne.s. Ce prix comprend un montant en espèces de 10 000 $ et comporte l’obligation pour le récipiendaire de prononcer la Conférence Ellen Meiksins Wood. Parmi les précédents récipiendaires, mentionnons l’auteur et activiste britannique Paul Mason, l’autrice américaine Barbara Ehrenreich et le dirigeant syndical Leo Gerard.

À propos d’Ellen Meiksins Wood
Ellen Meiksins Wood était une chercheuse universitaire de renommée internationale, membre de la Société Royale du Canada et autrice de huit livres traduits dans plus de dix langues. Elle fut l’une des théoriciennes politiques les plus. influentes de sa génération. Ellen était passionnément résolue et engagée à faire du progrès une réalité concrète immédiate, ici et maintenant. Elle concevait la démocratie dans son sens le plus profond et le plus intégral : « rien de moins que le pouvoir au peuple, le pouvoir aux gens du commun, ou aux pauvres ». Ellen est décédée en janvier 2016.